*

LES CAMPAGNES NAPOLEONIENNES

Le 67eRégiment d'Infanterie de ligne

SOLDAT Bernard PINET

03 novembre 1813 - 24 octobre 1814

Conscrit de l'an: levée de 300 000 hommes

Médaille de Saint-Hélène

Signalements:

Taille: 1 mètre 60.

Visage: ovale.

Front: rond.

Yeux: gris.

Nez: bien fait.

Bouche: moyenne.

Menton: rond.

Cheveux et sourcils : châtain

Bernard Pinet partira à la guerre le 3 novembre 1813 il sera incorporé dans le 67e Régiment de ligne, 1er Bataillon, 4e Compagnie, sous le numéro de matricule 13143. En Congé du 1er juin 1814, non rejoint rayé des Contrôles le 24 octobre suivant

* 67ème Régiment d'infanterie de ligne *

Le 67° Régiment d'Infanterie de Ligne fut également une destination courante pour les conscrits vellaves. L'ancien Régiment du Languedoc, vieille unité existant depuis 1672 accueillit, essentiellement entre 1811 et 1814, un grand nombre d'entre eux. 103 étaient encore en vie pour recevoir la médaille 40 ans après. En garnison à Gênes en 1811, il participa lui aussi à de nombreuses campagnes, surtout à la fin de l'Empire: Campagne d'Espagne en 1812 et 1813, puis campagne de Savoie en 1814 avec notamment la défense du Fort de l'Ecluse, et les batailles de Lyon et de Grenoble.

* Derniers combats pour l’empire *

En 1814 dans la région Rhône-Alpes, se soldèrent par la prise de Lyon par les troupes coalisées.

Le 5 janvier 1814, Le maréchal Augereau, duc de Castiglione est nommé à la tête de l’armée de Lyon. En Février : Augereau attend pour l’Armée de Lyon des renforts venant du sud prélevés sur l’armée de Catalogne du maréchal Suchet: la division d’infanterie Pannetier (brigades Gudin et Estève) forte de 6 régiments et le corps de cavalerie Digeon à 3 régiments (13° cuirassiers, 4° et 12° Hussards). D’autres unités viennent du sud: division de réserve de Nimes (Gal Ménard) et des unités de Toulon. Les renforts rejoignent du 10 au 23 février. L’Empereur, en particulier par une lettre du 21 février, presse Augereau d’entrer en campagne, car il espère beaucoup de la diversion venant du sud. L’Armée de Lyon (16000 hommes) passe à l’offensive.

Le 17 février : la division Musnier (brigades Ordonneau et Passelac) par Meximieux sur Bourg-en-Bresse, la division Pannetier sur Mâcon repoussent l’ennemi. Elles convergent ensuite sur Lons-le-Saunier, atteignent Poligny.

Le 18 mars (la bataille de St-Georges) c’est l’assaut général autrichien sur nos maigres troupes, hélas Augereau a été obligé de reculer. Le Beaujolais est alors totalement envahi et subit une occupation dévastatrice. Aux pillages, viols, incendies, exécutions succède l’humiliation de devoir loger des ennemis chez soi et de les nourrir.

Augereau tentera à nouveau de barrer la route aux envahisseurs, ce sera la bataille de Limonest deux jours plus tard.

Le 20 mars, la baille commence. Les Autrichiens très supérieur en nombre remportent une nouvelle victoire. Le lendemain 21 mars, ils s'emparent de Lyon, qu'ils occupent jusqu'au mois de juin.

* Dissolution du 67ème *

Le 67ème Régiment de ligne a été dissous le 29 août 1814 et a formé le 63ème, organisé le dit jour

Sources :

memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr: SHD/GR 21 YC 569, 67e régiment d'infanterie de ligne, 23 mai 1813-12 avril 1814 (matricules 11 365-13 164).table p 331; RM p 301.

AD de l'Ardèche: R 772-773, Liste nominative des anciens militaires de l'Ardèche qui ont servi dans les armées française de 1792 à 1815 et qui étant encore vivants le 1e-09-1857 ont droit à la médaille de Saint-Hélène.

1814 Derniers combats pour l'Empire, Jean-Philippe Rey, préface d’Alain Pigeard, Président du Souvenir napoléonien? Editions du Poutan.

1814, la bataille de Saint-Georges et l'invasion du Beaujolais, Ronald Zins , Horace Cardon.

1814, la bataille de Limonest et la chute de Lyon, Ronald Zins , Horace Cardon.

Musée militaire de la ville de Lyon.

*