**

*Famille Penchinat*

Blason de la famille > :

Nous trouverons le patronyme Penchinat, écrit sous différente forme dans le valentinois et le Diois : (de) PENCHINAT, PENCHINA, PENCHINATE, PENCHINATI, PENCHENATI, PENCHENATZ, PAINCHINAC; En Provence PENCHINAT, PINCHINAT.

En partant des recherches effectuées par Rivoire-de-la-Bâtie " PAINCHINAC ou PENCHINA : Originaire du Diois, où elle possédait la terre de Piégon. Pierre Painchinac fut bailli de Gap en 1384, puis correcteur au conseil delphinal. Marguerite Painchinac, fille unique de Gaspard, seigneur de Piégon, porta cette terre à François de Planchette, son mari, en 1501. Jacques Painchinac, frère de Gaspard, eut un fils, nommé comme son oncle, mort sans postérité, et une fille, Félise Painchinac, mariée à Guillaume de Puygros ".

Ainsi que les sources ( originaux) trouvées aux Archives Nationales et aux Archives Départementales des Hautes Alpes concernant : Marguerite Penchinat est issue d'une très ancienne noblesse et riche héritière de son père noble Gaspard Penchinat seigneur de son vivant des lieux de Piégon, Vassieux & des autres lieux et de Magdeleine Calvet de Valréas dame de Piégon, petite fille de Jacques Penchinat seigneur de Piégon et de Jeanne de Pracontal.

L’article de Monsieur Pierre-Henri CHAIX dit : " Jacques PENCHINAT, receveur de l'évêque de Die (26) en 1449/51, avait pu acquérir de Jean de MONTAUBAN les terres que celui-ci possédait dans le mandement de Vacieux. Il avait déjà pu obtenir la terre de Piégon par achat à la maison de FELINES qui en avait hérité de la maison de BOURDEAUX ".

A partir d’écrits, j’ai trouvé la trace du berceau de la famille Penchinat. Elle se situe aux alentours de la ville de Bourg-lès-Valence. Quelques années après nous les retrouvons vers les montagnes du Vercors, plus exactement à Die et Vacieu (Vassieux). Puis ils descendront vers les Baronnies (Une branche de cette famille vers le diocèse de Gap et une autre branche connue qui sera celle de l’auteur, vers le diocèse de Vaison (Piégon et Valréas). Nous trouverons cette famille toujours très proche des évêques de Valence, tout en croisant la route des comtes de Valentinois et de Die. Ces comtes avaient leurs terres dans les évêchés de Valence, de Die & de Gap. Le domaine des comtes de valentinois était enfermé entre la vallée du Rhône et les rivières : L’Isère, Roubion et le Lez ou les évêques de Valence, les seigneurs de : Valréas alliés à la famille de Bourdeaux et de Taulignan & l’illustre famille d’Adhemar qui donnera son nom à la ville de Montélimar en possédaient également des terres, ainsi que la famille de Montauban qui possédait de nombreux domaines dans les Baronnies du Dauphiné. En voici l’analyse, obtenue par l’étude des sources imprimées et d’actes rédigés en latin, afin de mieux comprendre le déplacement de cette famille à travers le temps.

Le Saint Empire, Les Evêques de Valence et de Die :

Article >saintempire.htm#

Les comtes de Valentinois & du Diois de la maison de Poitiers

Desiderius Penchenatz (Didier)  1191

Petrus Penchenati (Pierre) 1332

Petro Penchenati (autre Pierre) 1391

La France, l’union des deux évêchés sous Louis XI à Louis XII :

Article >louis11.htm#

Jacques Penchinat

Gaspard (de) Penchinat

Marguerite Penchinat

HISTOIRE CHRONOLOGIQUE

Les Evêques de Valence :

Article >evvalence.htm#

Période étudiée : de 1146 au 25 septembre 1275

Autrefois suffrageant de Vienne, existaient avant le IVe siècle.

Les Evêques de Die :

Article >evdie.htm#

Période étudiée : de 1142 au 25 septembre 1275

Suffrageant de Vienne dès le IVe siècle.

L’union des diocèses de Valence et de Die:

Article >evvalencedie.htm#

(1275-1687)

29 évêques gouverneront successivement le double diocèse.

Période étudiée : du 25 septembre 1275 à 1491

Terres domaniales de l’Évêché et Comté de Die :

Article >terresev.htm#

SOURCES >

* *